LA FEMME QUI MURMURE À L’OREILLE DES CHEVAUX

 


Vous la connaissez sans doute comme l’héritière d’une célèbre famille d’aristocrates, mais Matilde Borromeo, l’ambassadrice de la marque Pomellato est bien plus que cela. Connue comme une cavalière accomplie et une éleveuse de chevaux parmi les plus célèbres d’Italie, la princesse Matilde est non seulement d’une indépendance farouche, mais sa beauté blonde n’est pas sans évoquer avec bonheur un mélange des styles Renaissance et préraphaélite.

 

Amazone moderne, Matilde se veut également mère, entrepreneure et écuyère passionnée, tout en portant l’un des noms les plus influents et emblématiques de l’histoire milanaise. Née à Milan, elle a grandi entre la ville et la campagne avant d’opter pour des études de sciences agricoles et vétérinaires auprès de l’Université de Milan. Après avoir obtenu son diplôme, elle est partie s’installer à New York où elle a demeuré un certain temps. «Mais j’ai réalisé que la vie citadine ne me permettait pas de me concentrer et ne m’offrait pas les satisfactions que j’attendais: j’avais besoin de humer l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, de la boue sur mes bottes et du contact quotidien avec les animaux pour être heureuse», explique-t-elle. Et c’est bien cette prise de conscience qui l’a poussée à exercer une profession en contact avec les animaux. L’un de ses premiers souvenirs d’enfance à Borromeo remonte au jour où, bien installée sur le dos d’un grand cheval noir, elle s’était sentie heureuse et en sécurité dans les bras de son père, au milieu des champs et de la nature.

Amazone moderne, Matilde se veut également mère, entrepreneure et écuyère passionnée, tout en portant l’un des noms les plus influents et emblématiques de l’histoire milanaise. Née à Milan, elle a grandi entre la ville et la campagne avant d’opter pour des études de sciences agricoles et vétérinaires auprès de l’Université de Milan. Après avoir obtenu son diplôme, elle est partie s’installer à New York où elle a demeuré un certain temps. «Mais j’ai réalisé que la vie citadine ne me permettait pas de me concentrer et ne m’offrait pas les satisfactions que j’attendais: j’avais besoin de humer l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, de la boue sur mes bottes et du contact quotidien avec les animaux pour être heureuse», explique-t-elle. Et c’est bien cette prise de conscience qui l’a poussée à exercer une profession en contact avec les animaux. L’un de ses premiers souvenirs d’enfance à Borromeo remonte au jour où, bien installée sur le dos d’un grand cheval noir, elle s’était sentie heureuse et en sécurité dans les bras de son père, au milieu des champs et de la nature.

Elle admet cependant que c’est son amour pour la compétition qui l’a amenée à se lancer dans les concours hippiques indépendants ainsi que dans l’élevage des chevaux: «Il devient tangible que c’est la compétition qui définit vos résultats, car elle agit comme la conséquence d’un voyage long de plusieurs années, mais qui évolue au fil des jours.» Entre l’éducation de ses enfants en ville, ses chevaux primés à la campagne, et d’incessantes apparitions publiques en sa qualité de descendante de la Famille Borromeo, dont la noblesse du nom remonte à plusieurs siècles, comment Matilde parvient-elle à trouver un équilibre entre son travail, sa famille et sa vie sociale? «L’équilibre est une chose difficile à trouver pour tout le monde. J’ai fini par trouver le mien, un équilibre fatigant sur le plan logistique, mais qui me donne de grandes satisfactions. Je me considère par conséquent comme particulièrement privilégiée », assure-t-elle. Toujours en mouvement, Matilde a dû opter pour une mode lui permettant de trouver un équilibre fonctionnel en mesure de s’adapter à la fois aux tâches quotidiennes, aux manifestations sociales et aux compétitions. Le fait de travailler au contact des chevaux a certainement une grande influence sur sa garde-robe, et il n’est pas rare de la voir porter avec panache des pantalons moulants et des polos classiques–très chic mais toujours prête à sauter en selle

 

Matilde nous confie son goût cocasse pour les couleurs qui fait qu’elle n’hésitera pas une seconde à superposer un imprimé excentrique ou une pièce fantaisie sur une ligne classique. Mais ce sont les bijoux qui sont en mesure d’apporter une touche quotidienne d’individualité et de créativité à un look. Matilde nous raconte qu’elle adore «porter des bijoux capables de s’adapter à ma vie quotidienne mais aussi de se concilier avec les moments de ma vie plus mondaine». Les bijoux qu’elle aime porter: des colliers de trois longueurs différentes, des bagues variées aux mains ou, tout simplement, un bracelet un peu spécial. C’est à ce titre que Pomellato a demandé à Matilde d’être l’ambassadrice de la marque pour sa nouvelle collection Fantina, qui présente des bijoux d’inspiration équestre aussi avant-gardistes que faciles à porter. Avec ses courbes dynamiques et originales, Fantina est une collection pleine d’audace tout en restant discrète, effacée mais sans aucune modestie. L’élégance de Fantina est l’idéal pour une journée de cheval à la campagne, suivie d’un défilé de mode et d’un dîner à New York.

 

Matilde nous confie son goût cocasse pour les couleurs qui fait qu’elle n’hésitera pas une seconde à superposer un imprimé excentrique ou une pièce fantaisie sur une ligne classique. Mais ce sont les bijoux qui sont en mesure d’apporter une touche quotidienne d’individualité et de créativité à un look. Matilde nous raconte qu’elle adore «porter des bijoux capables de s’adapter à ma vie quotidienne mais aussi de se concilier avec les moments de ma vie plus mondaine». Les bijoux qu’elle aime porter: des colliers de trois longueurs différentes, des bagues variées aux mains ou, tout simplement, un bracelet un peu spécial. C’est à ce titre que Pomellato a demandé à Matilde d’être l’ambassadrice de la marque pour sa nouvelle collection Fantina, qui présente des bijoux d’inspiration équestre aussi avant-gardistes que faciles à porter. Avec ses courbes dynamiques et originales, Fantina est une collection pleine d’audace tout en restant discrète, effacée mais sans aucune modestie. L’élégance de Fantina est l’idéal pour une journée de cheval à la campagne, suivie d’un défilé de mode et d’un dîner à New York.