UPDATES

ALESSANDRA FACCHINETTI

Qu’arrive-t-il quand vous prenez l’une des femmes les plus chics de Milan et que vous la déplacez à New York ? Vous illuminez l’East Village comme si c’était la Rockefeller Plaza à Noël (mais avec des décorations plus élégantes).

 

Alessandra Facchinetti a passé la plus grande partie de sa vie à diriger quelques-uns des principaux navires-amiraux du monde de la mode. Après avoir été aux commandes de Gucci, Valentino et Tod’s, elle a traversé l’océan à la conquête de New York, apportant à Downtown– dans la patrie du monochrome – une bonne dose d’imprimés flamboyants et de bijoux au doux cliquetis.

 

Quelle est la première chose que fait une pure Milanaise débarquant aux États-Unis ? Elle s’assure que l’option numérotation rapide de son téléphone lui permettra d’appeler tout de suite sa marchande de bijoux vintages restée dans la capitale lombarde. « Vous ne connaissez pas Giovanna ?! » s’exclame Alessandra Facchinetti. « Je l’adore. C’est l’une des femmes les plus chics de Milan. » (Et vous pourrez noter que les fashionistas du monde entier tendent l’oreille lorsque Alessandra Facchinetti livre l’un de ses conseils vintages particulièrement avisés.) « Normalement, je vais dans son magasin le samedi matin, et elle est toujours entourée d’amis – un truc très milanais. Tout le monde boit un café et parle bijoux. C’est un personnage fellinien. Elle fume. Elle se moque de tout. »

 

Pour Alessandra, travailler avec quelqu’un qui distribue des bijoux, c’est plus qu’un simple business : « Nous avons une passion commune. Et il est intéressant de découvrir l’histoire qui se cache derrière un bijou. C’est en effet là-dessus que se construit une relation ; et on sait ce que j’aime ». À y regarder de près, il est facile de comprendre qu’Alessandra Facchinetti ne manque pas d’amitiés haut-placées. Il suffit d’admirer les fabuleuses boucles d’oreille Louis XVI en émail bleu, dénichées il y a quelques années, si précieuses – avoue-telle– qu’elle ne s’est décidée à les porter que récemment. Boucles qu’elle assortit à une ribambellede bagues Pomellato multicolores, pour parvenir à un équilibre entre l’ancien et le moderne : « J’aime leur élégance simple et leurs couleurs uniques. »

 

Il est rare de trouver Alessandra Facchinetti ne portant pas ses maxi-boucles d’oreille, qui sont en quelque sorte l’emblème de son style : «Je ne sors presque jamais de chez moi sans en mettre ; de temps en temps, je dors même avec », avoue-t-elle. « C’est une habitude que j’ai prise quand j’étais petite, m’inspirant de ma grand-mère qui était d’une élégance sans égal. Elle était littéralement obsédée par les bijoux anciens. Elle s’habillait impeccablement, même pour aller au supermarché ». Alessandra continue de suivre son exemple, affirmant que nulle activité n’est trop banale pour ne pas mériter des accessoires appropriés: « Je ne limite pas le port d’un bijou à une seule occasion : je peux le mettre pour un événement spécial, mais aussi le porter sur un tee-shirt blanc ». Son bijou préféré est une paire de boucles d’oreille chandelier victoriennes, réalisées en Inde durant la période coloniale, le point de départ d’une collection qui est aujourd’hui un véritable trésor au charme inouï.

 

Plus qu’un hobby, Alessandra Facchinetti considère sa passion pour le collectionnisme, pour le style et pour les amitiés qui en découlent comme quelque chose de typiquement italien ; comme quelque chose qui l’enracine dans sa culture, même en Amérique. Et si elle aime sa nouvelle vie Outre-Atlantique (avec son beau fiancé italien), au moindre signe de nostalgie, elle avoue : « Mon style de vie et mes habitudes à Milan, me manquent. Dans cette ville, on va toujours dans les mêmes endroits, et on fait les mêmes choses… la vie de quartier. »

 

Son projet actuel ne l’éloigne guère de ses racines : « Je m’essaie à la création de tapis – révèle-t-elle – je les dessine ». Ce qui, évidemment, est une évolution logique pour quelqu’un qui a passé sa vie à Milan, où la rencontre entre le design et l’industrie textile ne date pas d’hier. « J’ai toujours aimé les motifs géométriques et abstraits. Ils me viennent à l’esprit naturellement». Du fait de son talent et de sa curiosité, la styliste passe outre les frontières de la mode ; et l’opportunité de réaliser des projets dans d’autres secteurs, ne se fera pas attendre. « J’aime tout ; je suis très ouverte. Je ne m’intéresse pas uniquement aux vêtements mais aussi à l’art, au design, aux meubles ». En attendant, Alessandra connaît un succès extraordinaire à New York et elle essaie des chapeaux (évidemment splendides) sur lesquels elle pose ses mains extraordinairement embijoutées.

DÉCOUVREZ L'HISTOIRE

Interprétée par:

LISEZ ÉGALEMENT

UPDATES

LA CAMPAGNE WHITE RIBBON FOR WOMEN

UPDATES

POMELLATO BALERA EVENT

UPDATES

SCILLA RUFFO DI CALABRIA